Strasbourg Assemblée nationale
Rose

Libération de Florence CASSEZ

 23 janvier 2013

 

C’est avec un immense bonheur que je viens d’apprendre la libération de Florence CASSEZ, que j’ai soutenue dès le début de sa captivité.

 

Unique Député Alsacien à avoir en permanence été à ses côtés, par messages, au téléphone ou en rencontrant ses parents, (dont deux fois à Strasbourg, à mon invitation), c’est un sentiment de grande émotion qui m’anime.

 

Je me réjouis de la diplomatie discrète et efficace qui a entouré ce dossier. Je félicite le Président de la République pour son obstination à sauver Florence CASSEZ du joug de ses oppresseurs.

 

Dès ce soir, j’ai eu la maman de Florence CASSEZ au téléphone et nous avons convenu ensemble de nous retrouver tous à Strasbourg, Capitale des Droits de l’Homme, pour accueillir en fête notre Florence CASSEZ.

Enterrement d'Emile KOEHL - Koenigshoffen

11 janvier 2013

 

Enterrement de M. Emile KOEHL

Eglise Saint-Joseph / Koenigshoffen

Message de M. Armand JUNG
Député de Strasbourg

 

Monsieur le Curé,
Mesdames et Messieurs,
Cher(e)s Ami(e)s,
Cher Hubert, Chère Famille,

 

Comme vous tous, j’ai été bouleversé par le décès de M. Emile KOEHL.

 

A sa famille, à Hubert, à tous ses amis, je voudrais exprimer mes plus sincères condoléances et toute ma peine.

 

J’ai eu l’honneur de succéder à Emile KOEHL, en tant que Conseiller général du canton 9 de Strasbourg (Koenigshoffen, Montagne-Verte, Elsau) et plus tard, comme Député de la 1ère circonscription de Strasbourg.

 

A l’Assemblée nationale, son nom reste connu et apprécié de bien des Députés de tous bords. Une minute de silence sera observée en mémoire d’Emile KOEHL, lors de la reprise des travaux de l’Assemblée nationale, la semaine prochaine.

 

J’ai personnellement annoncé son décès à M. Michel ROCARD, ancien Premier Ministre, qui m’a chargé de présenter à sa famille sa plus grande reconnaissance et toute son estime pour le Député, qui a toujours privilégié l’intérêt général sur les intérêts partisans.

 

Emile KOEHL incarnait l’esprit des quartiers de Strasbourg, et notamment le faubourg de Koenigshoffen.

 

Il est resté fidèle à la Paroisse Saint-Joseph, à ses activités et à son foyer, dont il marquait de son empreinte chaque rencontre et chaque fête.

 

Proche des gens et de leurs préoccupations quotidiennes, il incarnait une certaine conception du mandat politique. Animé par l’Humanisme rhénan, il a toujours privilégié le rapport humain, plutôt qu’une approche idéologique ou dogmatique.

 

Après les décès de Marcel RUDLOFF, d’Adrien ZELLER et d’Yvonne KNORR, c’est un pan entier de l’histoire de la Démocratie chrétienne de Strasbourg et de l’Alsace qui s’éteint aujourd’hui.

 

Avec Martine, mon épouse, et Eric ELKOUBY, je voudrais exprimer aux uns et aux autres ma profonde tristesse.

Décès de M. Emile KOEHL

7 janvier 2013

 

C’est avec une immense peine que je viens d’apprendre le décès de M. Emile KOEHL, ancien Député de la 1ère circonscription de Strasbourg et ancien Conseiller général du Canton 9 du Bas-Rhin (Koenigshoffen, Montagne-Verte, Elsau).

 

Animé par l’Humanisme rhénan, Emile KOEHL était l’un des derniers représentants de la démocratie chrétienne en Alsace. Après les décès de M. Adrien ZELLER et de Mme Yvonne KNORR, c’est un pan entier de l’histoire de l’Alsace et de Strasbourg qui s’éteint aujourd’hui.

 

Jusqu’à la fin, Emile KOEHL est resté attaché au quartier de Koenigshoffen, à Strasbourg, où je l’avais encore rencontré récemment.

 

Proche des gens, il incarnait une certaine conception de la politique, préférant privilégier le contact humain, plutôt qu’une approche idéologique ou dogmatique.

 

En 1988, j’ai eu l’honneur de lui succéder, en tant que Conseiller général du Canton 9. Depuis lors, je n’ai cessé d’entretenir avec lui des relations amicales, tout comme avec son fils, Hubert.

 

A l’Assemblée nationale, son nom reste connu et apprécié de bien des Députés de tous bords.

 

Au moment de sa disparition, je voudrais exprimer ici ma grande tristesse et saluer respectueusement l’action qu’il a menée au service des autres durant toute sa vie.

Joyeuses fêtes!

21 décembre 2012

 

L'année 2012 s'achève doucement. Je vous souhaite de belles fêtes et vous présente d'ores et déjà mes meilleurs voeux de bonheur et de santé pour 2013.
 

Voir ma carte de voeux.

Cérémonies du 1er novembre 2012

5 novembre 2012

 

Photos prises lors des Cérémonies du 1er novembre organisées par le Souvenir Français dans les quartiers de la Montagne-Verte, de Koenighsoffen, et de l'Elsau.

 

Photo 1

Photo 2

Décès de Mme Yvonne KNORR

18 octobre 2012

 

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris le décès de Mme Yvonne KNORR, une des dernières représentantes de la démocratie chrétienne à Strasbourg et en Alsace.

 

Au-delà des aspects partisans, elle n’a cessé de m’encourager dans ma fonction de Député et notamment pour la prise en compte des quartiers Ouest de Strasbourg, si souvent décriés.

 

Je voudrais saluer cette femme d’exception. Elle est l’Honneur de Strasbourg et de l’Alsace. 

Décès de M. André WECKMANN

30 juillet 2012

 

Le décès de M. André WECKMANN est une immense perte pour la littérature, l’Alsace et la culture rhénane.

 

A travers ses écrits, il incarnait toute la complexité historique de notre région.

 

Il n’a cessé de me soutenir dans mon action à l’Assemblée nationale en faveur des langues régionales et de l’alsacien en particulier.

 

Son parcours et son histoire resteront comme les symboles du mélange des cultures à travers une Europe en paix et tolérante. 

Merci!

18 juin 2012

 

Hier, lors du 2ème tour des élections législatives, j'ai obtenu 61,61% des voix.

 

Je remercie du fond du coeur toutes les Strasbourgeoises et tous les Strasbourgeois qui m'ont accordé leur confiance.

 

Avec Eric ELKOUBY, mon suppléant, je suis plus que jamais déterminé à faire entendre la voix de Strasbourg à l'Assemblée nationale.

 

Lire mon mot de remerciement aux électeurs de la 1ère circonscription du Bas-Rhin.

1er tour des Présidentielles

22 avril 2012

 

Malgré ses insuffisances, le débat politique intéresse les Français. Malgré ses caricatures, la vie politique continue de passionner nos concitoyens. Je m’en réjouis. La très forte participation au 1er tour de l’élection présidentielle, en France et en Alsace, soulève un véritable espoir.

 

Néanmoins, je note que toutes les stratégies pour combattre le Front National et la candidature de Madame LE PEN ont échouées. D’abord, celles qui consistaient à « siphonner » les voix d’extrême droite a eu l’effet inverse. Ensuite, celles visant à brocarder, souvent de manière simpliste, les idées du FN n’ont pas eu le résultat escompté. C’est pourquoi, je persiste à penser que c’est sur le terrain, avec des propositions précises sur la vie quotidienne, que l’on pourra convaincre les Français de changer les orientations politiques de notre pays.

 

C’est ce langage, celui de la vérité, qui est le seul à même de rassembler autour de François HOLLANDE une large majorité de progrès, fidèle aux valeurs de la République, qui devra se construire au-delà des clivages traditionnels.

 

Les résultats de l’Alsace démontrent que ce travail de vérité reste largement à effectuer.

 
Sur Strasbourg, la très forte avance de François HOLLANDE est encourageante pour les prochains scrutins, et notamment pour les élections législatives des 10 et 17 juin prochains.

Décès de Raymond AUBRAC

11 avril 2012

 

C’est avec une immense peine que je viens d’apprendre le décès de Raymond SAMUEL, plus connu sous le nom de Raymond AUBRAC.

 

Héros de la résistance, proche de Jean MOULIN, il a, avec son épouse Lucie, consacré sa vie à lutter contre l’oubli et les barbaries de toutes sortes.

 

J’ai eu la chance et l’honneur de le rencontrer personnellement à deux reprises :

 

- En 2001, à l’Assemblée nationale, lors du débat sur le projet de loi instituant le statut de « Juste de France », voulu par le Premier Ministre Lionel JOSPIN. Au cours de l’audition parlementaire, Raymond AUBRAC avait souligné le caractère nécessaire de la reconnaissance à tous les résistants ayant combattu le système nazi.

 

- En 2009, à Schiltigheim, où, très lucide, et avec la voix qu’on lui connaissait, il a appelé les peuples à la Paix et à la Résistance contre toutes les dictatures.

 

J’espère que la notion de Résistant, qu’il a développée et valorisée, et que le travail qu’il a mené, resteront des sources de référence et de mémoire pour toutes les générations de notre pays.

Pour Nicolas SARKOZY, les langues régionales, c'est du communautarisme!

20 février 2012

 

Dans son discours de Marseille du 19 février 2012, le Candidat-Président s’est officiellement prononcé contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe.

 

Il a en effet affirmé : « Quand on aime la France, on ne propose pas de ratifier la charte des langues régionales et minoritaires qui n’a pas pour but de faire vivre les langues régionales mais de reconnaitre des droits linguistiques à toutes les minorités et de les placer sous le contrôle d’une Cour européenne qui jugera sans tenir compte de notre histoire nationale et de notre tradition républicaine."

 

Ces propos extrêmement défavorables aux langues régionales me semblent surprenants, voire même scandaleux, surtout lorsqu’on se souvient qu’en 2008, au moment de la réforme de la Constitution, le Président de la République, à grands renforts de publicité, se vantait d’avoir enfin donné un statut aux langues régionales en les intégrant à l’article 75-1 de notre Constitution ! Aujourd’hui, il se sert des langues régionales pour introduire le problème du communautarisme.

 

Les faits nous ont montré que la réforme de la Constitution est purement illusoire et qu’en réalité, nos langues régionales ne bénéficient d’aucun statut juridique protecteur.

 

La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires du Conseil de l’Europe a été signée en 1999 par Lionel JOSPIN, lorsqu’il était Premier Ministre. Mais Jacques CHIRAC, alors Président de la République, avait refusé d’engager le processus de ratification. Je note que la France est l’un des rares pays membres du Conseil de l’Europe (47 membres) à ne pas avoir ratifié cette Charte. L’Allemagne, si souvent citée en exemple par le Candidat-Président, l’a pour sa part ratifiée.

 

Je tiens à rappeler qu’en tant que Président du groupe d’études sur les langues régionales, j’ai rédigé et déposé une proposition de loi relative au développement des langues et cultures régionales (n°3008 rectifié), déposée le 7 décembre 2010. Ce texte, consensuel, a été cosigné par des Députés de tous bords politiques : http://www.assemblee-nationale.fr/13/pdf/propositions/pion3008.pdf

 

Je constate que les langues régionales s’invitent dans la campagne des Présidentielles et je m’en réjouis, mais je dénonce cette approche malhonnête du Candidat-Président.

 

Une journée nationale de mobilisation en faveur des langues et des cultures régionales, organisée par de nombreuses associations, aura lieu le samedi 31 mars 2012. Des manifestations seront organisées un peu partout en France : Strasbourg, Quimper, Bayonne, Ajaccio, Toulouse…

 

J’y participerai activement pour défendre le principe d’un statut protecteur pour nos langues régionales et je rappellerai clairement, à cette occasion, que nos langues régionales ne menacent pas le Français, notre langue nationale et officielle, et qu’elles ne représentent pas un danger pour notre République.

Essai sur les langues régionales d'Armand JUNG et Jean-Jacques URVOAS

8 février 2012

 

Je viens de publier un essai sur les langues régionales avec mon collègue Jean-Jacques URVOAS, Député du Finistère.

 

Il s'intitule "Langues et cultures régionales : en finir avec l'exception française".

 

Vous pouvez le télécharger sur le site de la Fondation Jean-Jaurès :

 

http://www.jean-jaures.org/Publications/Les-essais/Langues-et-cultures-regionales-en-finir-avec-l-exception-francaise 

 

Pour lire un compte-rendu de cet essai, rédigé par Christophe KERGOSIEN, de Bretagne :

 

http://www.lagoradebretagne.fr/article-ah-a-ira-a-ira-les-defenseurs-des-langues-regionales-sont-la-98375322.html

François HOLLANDE et le Concordat : la situation est désormais claire et officielle !

24 janvier 2012

 

S’il fallait encore une clarification de la position de François HOLLANDE sur le statut concordataire de l’Alsace-Moselle, et plus généralement sur l’avenir du droit local, elle a été apportée cet après-midi par Jean-Marc AYRAULT, Président du groupe PS de l’Assemblée nationale et Conseiller spécial de François HOLLANDE, lors des Questions au Gouvernement.

 

Dans sa déclaration, M. AYRAULT a clairement réaffirmé le statut spécifique et historique de l’Alsace-Moselle. Je me réjouis personnellement de cette prise de position officielle, dont je n’ai jamais douté et dont j’ai parlé personnellement avec François HOLLANDE dès le mois de décembre 2011.

 

Cette mauvaise querelle, récurrente à la veille de chaque élection présidentielle, étant désormais clarifiée, je pense qu’il faut maintenant aborder les questions de fond économiques, sociales et culturelles qui touchent le quotidien des Alsaciens. 

Bonne année 2012!

5 janvier 2012

 

Je vous souhaite, ainsi qu'à ceux qui vous sont chers, une bonne année 2012.

 

Voir ma carte  de voeux

Communiqué de presse / François HOLLANDE et le Concordat

9 décembre 2011

 

A la suite d’un colloque organisé par le Parti Socialiste le 6 décembre dernier, à l’Assemblée nationale, Les Dernières Nouvelles d’Alsace ont soulevé la question de la remise en cause éventuelle, par François HOLLANDE, du Concordat en Alsace-Moselle.

 

Lors de cette rencontre, François HOLLANDE a exprimé son intention de « constitutionnaliser » le principe de laïcité, tel qu’il résulte de la loi de 1905. A aucun moment, il n’a fait référence ni au Concordat, ni aux droits particuliers de l’Alsace et de la Moselle, de la Polynésie, de Mayotte ou de la Guyane.

 

Après m’être entretenu avec Jean-Marc AYRAULT, Président du groupe PS de l’Assemblée nationale et Conseiller spécial de François HOLLANDE, je tiens, en accord avec lui et à sa demande, à apporter les précisions et les mises au point suivantes :

 

* Ni le PS, dans aucun de ses textes, ni François HOLLANDE, n’ont jamais eu l’intention de remettre en cause le Concordat en Alsace-Moselle.

 

* Tout en réaffirmant le principe de laïcité, les socialistes, dans leur ensemble, reconnaissent la particularité de l’histoire de notre région et la singularité de notre approche de la laïcité, qui ne saurait être remise en cause.

 

Le souhait de François HOLLANDE de « constitutionnaliser » le principe de laïcité ne remettra donc aucunement en cause les spécificités que connait notre pays, en particulier en Alsace-Moselle.

 

Je note avec regret qu’à chaque élection présidentielle, ce soupçon ressurgit sur le candidat du PS. De même, les prises de position anti-concordataires de Jean-Luc MELENCHON n’engagent en aucun cas le PS ni son candidat à l’élection présidentielle.

Parution de mon nouveau Bloc-notes

28 novembre 2011

 

Je vous informe que mon Bloc-notes n°21 vient de paraitre.

 

Je vous en souhaite une bonne lecture!

Libération de Guilad SHALIT

18 octobre 2011

 

Je me réjouis de la libération de Guilad SHALIT ; je me réjouis pour sa famille, pour ses proches.

 

Je me réjouis qu’un accord, même difficile, ait enfin été trouvé entre les parties prenantes au conflit israélo-palestinien.

 

Ce dénouement heureux montre que quelles que soient les difficultés, quels que soient les enjeux, la négociation et le contrat sont toujours préférables à la force ou à la ruse.

 

Je souhaite que ce soit un premier pas vers des négociations futures, vers la paix, comme l’a dit si justement Guilad SHALIT dès sa libération.

 

En effet, il est plus que jamais nécessaire qu’un mouvement de reconnaissance des deux peuples israélien et palestinien se dessine au Proche-Orient. Il y a, il doit y avoir de la place pour deux peuples sous le ciel de cette région.

 

Je profite de cette occasion pour rappeler que de nombreuses autres personnes sont injustement détenues à travers le monde. Ne les oublions pas.

 

J’espère, enfin, pouvoir rencontrer Guilad SHALIT et ses proches à Strasbourg, Capitale européenne des Droits de l’Homme.

Primaires citoyennes - 2ème tour

14 octobre 2011

 

Ce dimanche 16 octobre, je voterai François HOLLANDE!

 

Je vous invite à participer activement à cette dynamique.

 

Plus d'informations sur http://www.lesprimairescitoyennes.fr 

Meeting de François HOLLANDE à Strasbourg

13 septembre 2011

 

MEETING DE FRANCOIS HOLLANDE
13 SEPTEMBRE 2011

***

Intervention d’Armand JUNG
Député du Bas-Rhin

Mesdames et Messieurs,


Chers Amis,


Chers Camarades,


Cher François HOLLANDE,

 

Ces derniers jours, à la lecture des journaux, des plus sérieux aux plus « people », l’Europe serait sur le point de rendre l’âme. Les commentateurs, parmi les plus prestigieux, nous annoncent même la fin prochaine de l’Euro. Toutes les Cassandre prédisent même la sortie prochaine de la Grèce de la zone Euro, voire même de l’Union européenne, suivie en cela par d’autres Etats.

 

Cher François, tu as tenu à placer la rencontre de ce soir sous le signe de l’Europe. Je t’en remercie car il s’agit d’un des grands chantiers, voire même le plus grand, qui nous attendent pour le prochain quinquennat dont j’espère, dont je souhaite, que tu sois le chef d’orchestre.

 

Je connais, pour en avoir souvent discuté avec toi, ta conviction profonde et sincère, ton attachement à l’Europe, cette Europe qui est notre bien commun mais dont personne ne peut se réserver l’exclusivité. Cette Europe, qui est incarnée par Strasbourg, qui est plébiscitée par l’Alsace, notre région qui a tant souffert par le passé de l’absence d’Europe, te souhaite aujourd’hui la bienvenue.

 

Merci de ton engagement sincère, aujourd’hui réaffirmé.

 

Tous ceux qui souhaitent secrètement ou ouvertement l’affadissement de l’Europe, tous ceux qui imaginent pouvoir répondre aux aspirations de nos concitoyens par le seul fait national trouveront ici cette résistance, cette ferveur que l’Histoire nous a enseignée. A tous ceux là, nous devons dire que le retour au nationalisme serait la guerre, pour reprendre l’expression de François MITTERRAND.

 

Ici, à Strasbourg et en Alsace, nous résisterons comme nous l’avons fait par le passé, parce que l’histoire et la géographie nous ont inculqué l’humanisme, le respect de nos voisins et amis ; parce que l’histoire et la géographie nous ont appris que l’Europe est affaiblie sans Strasbourg.

 

Mais l’Europe, c’est aussi le Conseil de l’Europe. Beaucoup de nos concitoyens, y compris dans notre région, font parfois des amalgames un peu rapides entre les différentes institutions européennes.

 

Le Conseil de l’Europe, les Etats-Unis d’Europe, la grande Maison commune, l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, c’est ici, à Strasbourg.

 

Le Conseil de l’Europe, c’est la seule institution parlementaire où l’on peut s’adresser à des Députés venant de Russie ou de Turquie, ces pays qui jouent tous un rôle déterminant sur notre continent.

 

« Depuis de nombreuses années, la France manifeste un manque d’intérêt évident pour le Conseil de l’Europe ». Ce n’est pas moi qui l’affirme, mais le Sénateur centriste Denis BADRE, qui a récemment alerté le Premier Ministre à ce sujet.

 

Depuis Catherine LALUMIERE, Secrétaire Générale du Conseil de l’Europe de 1989 à 1994, il est vrai que cette institution stagne. Et pourtant, c’est l’antichambre de l’Europe, c’est la gardienne des Droits de l’Homme.

 

Au-delà des contingences politiques, c’est la seule assemblée parlementaire qui aborde en profondeur les dossiers les plus sensibles relatifs aux droits fondamentaux de nos concitoyens et de l’humanité.

 

Mesdames et Messieurs,


Cher François HOLLANDE,

 

La France doit retrouver au plus vite sa véritable place au sein du Conseil de l’Europe. Elle doit se réinvestir dans cette institution. Elle doit réaffirmer son soutien à Strasbourg, le choix de Strasbourg comme capitale européenne de la liberté et des Droits de l’Homme. En 1949, au moment de la création du Conseil de l’Europe, Ernest BEVIN, alors Ministre britannique des affaires étrangères déclarait : « Le choix de Strasbourg m’a paru évident. Cette grande cité avait été témoin de la stupidité du genre humain qui essayait de régler les affaires par la guerre, la cruauté et la destruction. »

 

Cher François,

 

L’engagement européen sans faille que tu prends aujourd’hui à Strasbourg, je l’aurai en mémoire à chacune de nos rencontres, lorsque tu seras Président de la République, ce qui est mon souhait le plus sincère. J’ai souvent rappelé à l’actuel Président de la République ses différentes promesses et prises de position et à chaque fois, je n’ai eu droit qu’à des velléités sans suite. Je pense notamment au dessaisissement des principales compétences de Strasbourg en matière judiciaire, en particulier en droit international.

 

Mesdames et Messieurs,


Cher Amis,

 

L’Alsace a besoin de la gauche. Il n’est écrit nulle part que cette région soit éternellement ancrée à droite. Cette droite spécieuse et fourbe qui a l’art de faire croire qu’elle parfois est à gauche ! Cette droite qui veut que l’Alsace soit réduite à une région folklorique, alors que notre volonté, ici, c’est que l’Alsace soit à la pointe des régions européennes, tant dans le secteur des sciences et de l’enseignement, que de l’humanisme…

 

Oui, l’Alsace a besoin de la gauche, surtout quand on sait qu’il y a actuellement plus de 113 000 chômeurs dans une région qui compte 1,8 million d’habitants.

 

Comme tant d’autres, notre région souffre. Nous n’avons jamais atteint ce degré de crispation et d’angoisse.

 

Mais en même temps, la gauche a besoin de l’Alsace. Nous n’aimons pas l’austérité, pour l’avoir connue souvent, mais nous aimons la rigueur de la gestion, nous aimons la parole donnée et le travail bien fait. Nous aimons que les décisions soient justes, transparentes et que les efforts soient équitablement répartis.

 

Quand cette Alsace-là sera à tes côtés, tu peux être sûr, cher François, que tu seras notre prochain Président de la République ! 

Hommage à Patrick ROY - Député du Nord

4 mai 2011

 

Madame, Chère Geneviève,

 

C’est avec une immense tristesse que j’ai appris hier le décès de Patrick.

 

Sa combativité exemplaire, sa volonté de vaincre la maladie et son envie de pouvoir à nouveau siéger sur les bancs de l’Assemblée nationale m’avaient persuadé qu’il avait gagné cette lutte difficile et épuisante contre le cancer.

 

L’annonce de son décès, si brutal, si inattendu, m’a beaucoup touché.

 

Patrick était non seulement mon collègue et mon voisin de bureau, à l’Assemblée nationale, mais aussi et surtout, mon ami ; un homme simple, honnête et franc avec qui j’aimais travailler et discuter.

 

Je garderai à jamais deux souvenirs de lui : son éternelle veste rouge et sa magnifique voix de stentor, haranguant le Gouvernement et la Majorité.

 

Patrick va profondément me manquer.

 

Martine, mon épouse, Eric, Aurélie et Jessie, mes collaborateurs, qui connaissaient tous Patrick et qui appréciaient sa gentillesse et sa simplicité, sont eux-aussi très affectés par sa disparition.

 

Ensemble, en ces moments sombres et si douloureux, nous vous présentons nos très sincères condoléances. Nos pensées les plus chaleureuses vous accompagnent.

 

Amicalement,

 

Armand JUNG  

 

**********

 

Mon attachée parlementaire, Aurélie LEDRICH, aimait parler de hard-rock avec Patrick ROY. Voici l'un des souvenirs que je garde de lui...

Emission

7 mars 2011

 

J'ai récemment participé à l'émission "Toques et Politique", diffusée sur La Chaîne Parlementaire - LCP. Vous pouvez regarder cette émission sur internet en suivant ce lien :

 

http://www.lcp.fr/emissions/toques-et-politique/vod/11912-toques-et-politique 


Au menu : langues régionales, culture et gastronomie alsaciennes, agriculture, Union européenne...

Pour un mandat unique - Départ anticipé du Conseil Général

3 janvier 2011

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 


Vous trouverez, en annexe, le texte intégral de mon intervention lors de la commission permanente du Conseil Général du Bas-Rhin de ce jour.

 

J’ai, en effet, décidé de mettre fin, de manière anticipée, à mon mandat de Conseiller Général du Canton 9 de Strasbourg (Koenigshoffen, Montagne-Verte, Elsau).

 

Les motivations de ma décision sont clairement exposées dans cette déclaration.

 

Conformément aux dispositions légales, mon remplacement s’effectuera lors du renouvellement du Conseil Général des 20 et 27 mars prochains.

 

 

Armand JUNG

 

N.B : Pour mémoire, Armand JUNG, a été élu le 3 octobre 1988 au Conseil Général du Bas-Rhin, réélu en 1994, 2001 et 2008. Il a été élu comme Député de la Première Circonscription de Strasbourg en juin 1997 en qualité de Suppléant de Mme Catherine TRAUTMANN, puis réélu en juin 2002 et juin 2007 à l’Assemblée nationale.

**********

 

Intervention de M. Armand JUNG, Député du Bas-Rhin,
lors de la Commission permanente
du Conseil Général du Bas-Rhin du 3 janvier 2011

 

M. le Président, Chers collègues,


Je vous remercie de me donner la parole pour quelques instants.


Après une longue et mûre réflexion, je tiens à informer les membres de la Commission permanente de ma décision de mettre fin à mon mandat de Conseiller Général du Canton 9 de Strasbourg. Cette décision permettra de pourvoir à mon remplacement lors du prochain renouvellement du Conseil Général des 20 et 27 mars prochains. Par courrier, daté de ce jour, j’en informe officiellement le Président du Conseil Général, conformément à l’article L 221 du code électoral et à l’article L 3121-3 du Code général des collectivités territoriales.


Jusqu’au dernier moment, j’avais espéré que la réforme des collectivités territoriales soit abandonnée ou censurée. Cela n’a malheureusement pas été le cas. Je considère en effet que cette réforme va profondément bouleverser notre système d’organisation territoriale. Cette loi qui voulait mettre fin au mille-feuilles administratif français va en fait générer une confusion supplémentaire par la création des conseillers territoriaux, des métropoles, des pôles métropolitains et des fusions possibles entre départements et région. Les départements vont faire les frais de cette réforme, tant sur le plan financier qu’au niveau de leurs compétences réelles. D’ores et déjà, un tiers des départements se trouvent dans une situation financière plus que délicate. Notre département y échappe encore pour cette année. Mais pour combien de temps ?


Si l’on rajoute à cela la disparition progressive de la clause de compétence générale qui nous permettait d’avoir des politiques innovantes et volontaires, je considère que les départements seront les grands perdants de cette réforme qui met fin à deux siècles d’organisation territoriale française. Dans ce contexte, le renouvellement cantonal de mars 2011 sera le dernier du genre, ce que j’observe avec une immense déception.


Mais, M. le Président, Chers collègues, la raison essentielle de mon départ anticipé réside dans la volonté de me consacrer exclusivement à mon mandat de Député du Bas-Rhin et de Strasbourg en particulier. Je souhaite, en effet, anticiper une volonté générale, et notamment de ma famille politique, de mettre en œuvre le mandat parlementaire unique, indispensable à la bonne marche de notre démocratie. L’expérience aidant, je pense que s’il y a une réforme à faire, c’est bien celle du mandat parlementaire unique.


Elu le 3 octobre 1988 en qualité de Conseiller Général du Canton 9 de Strasbourg, je voudrais ici témoigner de mon attachement aux quartiers et aux habitants de Koenigshoffen, de l’Elsau et de la Montagne-Verte qui m’ont régulièrement renouvellé leur soutien. Bien évidemment, comme Député, je continuerai à les écouter et à me battre à leurs côtés.


M. le Président, Chers collègues, c’est avec un grand honneur que j’ai siégé durant plus de 22 ans au Conseil Général du Bas-Rhin. Je m’y suis comporté en opposant responsable et respectueux des personnes. Dans toutes mes responsabilités, je continuerai à m’appliquer cette règle de conduite. 

Parution de mon 20ème Bloc-notes

25 novembre 2010

 

Le 20ème numéro de mon "Bloc-notes", compte-rendu non exhaustif de mon travail de Député, vient de paraître.

 

Bonne lecture!

Emission

6 novembre 2010

 

J'étais l'invité de Guillaument KUSTER, pour l'émission "La Voix est libre", sur France 3 Alsace.

 

Cette émission était consacrée aux actes racistes en Alsace.

 

Pour la visionner, vous pouvez suivre ce lien :

 

http://alsace.france3.fr/info/la-voix-est-libre-64971700.html?onglet=videos&id-video=cafe_machine_cafe_1_HD_1100_strasbourg_LVEL_061110_78_06112010124010_F3

Retrouvez-moi sur Facebook

 2 juin 2010

 

Retrouvez-moi sur Facebook : 

 
http://www.facebook.com/pages/Armand-JUNG-Depute-du-Bas-Rhin/121919217847286 

Voeux pour 2010

1er janvier 2010

 

Je vous présente mes voeux les plus chaleureux de bonheur et de santé pour 2010.

Parution de mon nouveau Bloc-notes

23 novembre 2009

 

Je vous invite à consulter mon nouveau Bloc-notes, compte-rendu non exhaustif de mon activité de Député à Strasbourg et à l'Assemblée nationale.

 

Lire le Bloc-notes n°19 

Arrêt du 17 mars 2009 - Cour d'Appel de Colmar

18 mars 2009

 

Le 2 juin 2005, deux de mes anciennes collaboratrices ont saisi le Conseil de Prud’hommes de Strasbourg afin qu’il constate l’irrégularité du licenciement que j’ai pris à leur encontre.

 

Le Conseil de Prud’hommes de Strasbourg, dans sa décision du 6 septembre 2007, avait reconnu une faute grave des salariées légitimant leur licenciement.

 

La Cour d’Appel de Colmar, dans son arrêt du 17 mars 2009, a une appréciation différente.

 

C’est pourquoi, à la suite de la lecture des attendus de cet arrêt, j’ai décidé de former un pourvoi en cassation pour faire juger définitivement le bien-fondé des licenciements mis en œuvre. 

TOTAL cynisme!

11 mars 2009

 

TOTAL ne sait plus quoi faire pour se rendre détestable des Français. Après l'annonce de ses profits record, le licenciement de 300 de ses salariés est proprement honteux. (...)

 

Lire le communiqué de presse du groupe socialiste de l'Assemblée nationale

Clin d'oeil!

13 décembre 2007

 

A l'occasion de mon anniversaire, j'ai reçu une belle carte de la part des membres d'un Club pour personnes âgées de Strasbourg.

 

Voir la carte